People are attempting to name the newest cloud concept

La prochaine frontière du cloud computing

Il y a quelques années, j’ai fait remarquer que le multicloud ne concerne pas vraiment les clouds publics sur lesquels il est construit. Ce que je n’ai pas fait, c’est tenter de le nommer dans le but de me revendiquer comme le créateur d’un nouveau mot à la mode.

Non pas que je ne me tape pas dans le dos dans toute ma gloire narcissique. En effet, j’ai créé des mots à la mode qui se sont avérés être des industries d’un milliard de dollars. Cependant, je sais aussi que lorsque vous donnez un nom à quelque chose, cela permet aux autres de le définir, ce qui réduit considérablement son utilité. Vous finissez par définir un concept avant qu’il n’ait eu la chance d’évoluer avec l’usage. Certes, les modèles d’architecture, tels que celui qui émerge au-dessus des multiclouds, sont quelque chose que vous ne voulez pas encore limiter.

Les observateurs du cloud voient l’émergence d’une couche technologique qui se situe au-dessus de l’ensemble des clouds publics ; c’est vraiment ce que devient le multicloud. Cette couche de développement d’applications, d’opérations, d’observabilité, de sécurité, de gouvernance et d’autres éléments existe au-dessus des fournisseurs de cloud public qui sont regroupés pour former un « multicloud ».

Des termes qui commencent à émerger, tels que « supercloud », « cloud distribué », « métacloud » (mon vote) et « cloud abstrait ». Même le terme “cloud native” est sujet à débat. Pour être juste envers les créateurs de mots à la mode, ils définissent tous le concept un peu différemment, et je connais la colère de définir un mot à la mode un peu différemment des autres. Le modèle commun semble être un ensemble de clouds publics et parfois de systèmes basés sur la périphérie qui fonctionnent ensemble dans un but plus important.

Le concept de métacloud sera l’unique objectif pour les 5 à 10 prochaines années alors que nous commençons à mettre les nuages ​​publics au travail. Avoir une collection de services cloud gérés avec abstraction et automatisation est bien plus précieux que d’essayer de tirer parti de chaque fournisseur de cloud public selon ses conditions plutôt que les vôtres.

Nous souhaitons tirer parti des fournisseurs de cloud public via des interfaces abstraites pour accéder à des services spécifiques, tels que le stockage, le calcul, l’intelligence artificielle, les données, etc., et nous souhaitons prendre en charge une couche de technologie couvrant le cloud qui nous permet d’utiliser ces services plus efficacement. . Un métacloud supprime la complexité qu’apporte le multicloud de nos jours. De plus, la mise à l’échelle des opérations pour prendre en charge le multicloud ne serait pas rentable sans cette couche de technologie inter-cloud.

Ainsi, nous n’aurons qu’une seule couche de sécurité, de gouvernance, d’exploitation et même de développement et de déploiement d’applications. C’est vraiment ce que devrait devenir un multicloud. Si nous essayons de construire plus de silos en utilisant des outils propriétaires qui ne fonctionnent que dans un seul cloud, nous aurons besoin de beaucoup d’entre eux. Nous ne faisons que créer plus de complexité qui finira par faire du multicloud plus un handicap qu’un atout.

Je me fiche vraiment de comment nous l’appelons, et je me fiche vraiment de mettre mon propre mot à la mode dans le mélange. Cependant, cela ne change rien au fait que le métacloud est peut-être l’évolution architecturale la plus importante à l’heure actuelle, et nous devons le faire dès le départ. Si nous faisons cela, qui se soucie de son nom.

Copyright © 2022 IDG Communications, Inc.

#prochaine #frontière #cloud #computing

Leave a Comment

Your email address will not be published.