Samsung condamné à une amende de 9,8 millions de dollars pour des publicités téléphoniques australiennes trompeuses

Samsung condamné à une amende de 9,8 millions de dollars pour des publicités téléphoniques australiennes trompeuses

CANBERRA, Australie — Un juge australien a condamné jeudi Samsung à payer 14 millions de dollars australiens (9,8 millions de dollars) de pénalités pour publicité trompeuse sur la résistance à l’eau de certains modèles de smartphones.

Le juge de la Cour fédérale, Brendan Murphy, a donné à Samsung Electronics Australia, une filiale de Samsung Electronics Co., basée en Corée du Sud, 30 jours pour payer les amendes.

Samsung doit également payer 200 000 dollars australiens (140 000 dollars) pour les frais de la Commission australienne de la concurrence et de la consommation, l’organisme de surveillance des consommateurs qui a lancé une enquête sur les téléphones il y a quatre ans.

Samsung a admis avoir fait des déclarations fausses et trompeuses dans neuf publicités entre 2016 et 2018 concernant la résistance à l’eau de sept modèles de smartphones Galaxy. Il s’agit des S7, S7 Edge, A5 (2017), A7 (2017), S8, S8 Plus et Note 8.

Samsung et la commission ont également accepté les sanctions imposées.

Les publicités trompeuses faisaient la promotion de la résistance à l’eau des téléphones et de leur aptitude à être utilisés dans les piscines et l’eau de mer. Mais les ports de charge pourraient être endommagés et cesser de fonctionner si les téléphones étaient rechargés alors que les ports étaient encore humides.

Samsung a déclaré que le problème du port de charge n’affectait que les sept modèles identifiés dans l’affaire qui ont été lancés entre 2016 et 2017.

“Le problème ne se pose pas pour les téléphones actuels de Samsung”, indique un communiqué de Samsung.

Samsung a vendu 3,1 millions de téléphones vulnérables en Australie, mais le tribunal n’a pas pu déterminer combien de clients ont trouvé des défauts dans leurs ports de charge.

Un nombre inconnu de clients ont fait remplacer leurs ports par des réparateurs Samsung agréés. Certains réparateurs ont fait le travail gratuitement tandis que d’autres ont facturé entre 180 dollars australiens (126 dollars) et 245 dollars australiens (171 dollars), a déclaré le tribunal.

Murphy a déclaré que les clients étaient en droit de supposer qu’une grande entreprise telle que Samsung n’annoncerait pas que ses téléphones Galaxy pourraient être immergés dans l’eau en toute sécurité s’ils ne le pouvaient pas.

“Un grand nombre de consommateurs ont probablement vu les publicités incriminées et un nombre important de ceux qui l’ont fait ont probablement acheté l’un des téléphones Galaxy”, a déclaré Murphy dans son jugement.

La présidente de la Commission, Gina Cass-Gottlieb, a déclaré que son enquête avait reçu des centaines de plaintes de propriétaires de téléphones.

“Ils ont rencontré des problèmes avec leurs téléphones Galaxy après qu’ils aient été exposés à l’eau et, dans de nombreux cas, ils ont signalé que leurs téléphones Galaxy avaient complètement cessé de fonctionner”, a déclaré Cass-Gottlieb dans un communiqué.

Le juge a déclaré que la sanction dépassait les bénéfices de Samsung au cours de la campagne publicitaire trompeuse.

Les avocats de Samsung avaient initialement nié que les publicités étaient trompeuses et que les téléphones pouvaient être endommagés par une immersion dans l’eau, a déclaré le juge.

“Je ne pense pas que Samsung Australie mérite beaucoup de crédit pour sa coopération”, a déclaré Murphy.

Samsung a déclaré avoir coopéré aux enquêtes de la commission, qui comprenaient à l’origine plus de 600 publicités et 15 modèles de téléphones Galaxy.

“Samsung s’efforce d’offrir la meilleure expérience possible à tous nos clients et nous regrettons qu’un petit nombre de nos utilisateurs de Galaxy aient rencontré un problème avec leur appareil à ce sujet”, a déclaré Samsung.

.
#Samsung #condamné #une #amende #millions #dollars #pour #des #publicités #téléphoniques #australiennes #trompeuses

Leave a Comment

Your email address will not be published.